socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

Chypre, Malte, Bulgarie…l’Europe est à vendre

Article de M. Roland Walter - ancien Professeur associé à Dauphine, intervenant à l'ESSEC

On a déjà évoqué cette question dans une note antérieure : Vous voulez un passeport européen, en tant que non membre de l’UE, qui vous permettra de bénéficier de la nationalité européenne et de ses avantages, en particulier des accords de Schengen (sauf la Bulgarie et Chypre)...

 

 

...il vous suffira d’avoir un portefeuille bien garni et d’acheter un passeport dans un de ces pays, lequel retrouve une santé financière grâce à la vente de ceux-ci et aux donations qui les accompagnent.

Les bénéficiaires de ces nouvelles nationalités, dont certains sont impliqués dans des affaires d’argent sale, étaient à l’origine surtout des Russes, maintenant des Chinois, des Saoudiens et même l’ex Premier ministre malaisien...Pendant longtemps Bruxelles a fermé les yeux sur ces opérations, à l’origine peu nombreuses, mais a décidé d’intervenir devant leur multiplication. Un groupe d’experts s’est réuni en 2019 et doit rendre un rapport début 2020 d’après l’étude du journal Le Monde (12 et 13 janvier 2020). Certains pays ont commencé à prendre des précautions. D’après cette étude les montants financiers encaissés par passeport seraient les suivants : Chypre 2,5 millions d’euros plus 7000 pour les frais de dossier, avec obligation d’un permis de résidence de six mois, nombre de passeports délivrés 3300 depuis 2013 ; pour Malte coût du passeport 1,15 millions d’euros plus 8 200 euros de frais de dossier, passeports délivrés depuis 2013, 1054 ; en Bulgarie le coût est plus modeste : passeport 500 000 euros, frais de dossiers 650 euro. Ces opérations auraient rapportées 25 Milliards d’euros aux pays impliqués.

Que faisait l’Europe communautaire à part mesurer la longueur des bananes ? Récemment le Président de la commission a changé, avec force compliments, on ne peut que rester perplexe, surtout lorsque ce même Président quand il était responsable politique à Luxembourg a accordé beaucoup d’exonérations à des entreprises internationales, espérons que Madame Van der Leyen sera plus soucieuses des intérêts de l’Union. Il est vrai que les pays membres vendent leurs installations portuaires ou leurs aéroports ….

Ces opérations sont très graves, car comment peut-on encore parler d’union Européenne alors que chacun essaie de trouver son intérêt sans se préoccuper des conséquences pour les autres membres, on en reparle après le 31 janvier et le Brexit ?