socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

I - Malthus avait-il raison ?

Article de M. Roland Walter - ancien Professeur associé à Dauphine, intervenant à l'ESSEC

Le rapport du département des affaires économiques et sociales de l'ONU qui vient d'être publié (1) et dont le Monde a fait une analyse, est plutôt alarmant.

 

 

En 2020 la population mondiale est estimée à 7,7 milliards d'individus, elle devrait être de 8,5 milliards en 2030, de 9,7 en 2050 et de 10,9 en 2100.  Cette croissance de la population est inquiétante. On constate que les nations occidentales vieillissent, et que le taux de reproduction qui doit être de 2,1 pour assurer le renouvellement d'une population, est tombé à 1,3 dans certains pays d'Europe alors qu’il restera élevé dans plusieurs pays africains, où la coutume est d’avoir plusieurs enfants

Dans les années 1880 Thomas Malthus, économiste et prêtre anglican, publiait un ouvrage « Essai sur le principe de population » qui va donner lieu à maintes querelles, à savoir « que la population augmente de façon exponentielle, 1,2, 4, 8, 16 alors que les ressources alimentaires augmentent de façon arithmétique 1, 2, 3, 4, 5 ». La conséquence est simple, toute augmentation du niveau de vie conduit à une croissance de la population, mais la production n'étant pas infinie, la pauvreté gagne du terrain, les décès augmentent et un nouvel équilibre se rétablit. Cette vue pessimiste, en pleine révolution industrielle du XIX° siècle, ne s'est pas vraiment vérifiée, sauf dans certains pays d'Afrique, du Moyen Orient ou d'Amérique latine.

Le rapport de l'ONU ne se prononce pas sur ce point, mais il note toutefois que la Chine vieillit avec  1, 5 Md de personnes, alors que l'Inde a une forte croissance de sa population, de même que l'Afrique de l'Est et le sahel. Comment sera notre planète à la fin du siècle : Quelles conséquences pour atteindre un équilibre entre production et besoin des populations, des îlots de prospérité et de misère ?  Le monde du XXIème siècle n'est plus celui du 19ème , les découvertes scientifiques ont permis de développer durablement les productions et l'aide internationale est plus importante...donc Malthus s'est trompé ? Soyons prudents : l’épuisement des ressources, les guerres et leurs destructions, les catastrophes naturelles, les migrations dramatiques, continueront d'assurer un certain équilibre démographique, mais à quel prix, et pour combien de temps…

(1) Le Monde du 19 juin 2019 « Deux milliards de terriens de plus en 2050 ».