socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

Ces Populations qui luttent pour une reconnaissance internationale…

Article de M. Roland Walter - ancien Professeur associé à Dauphine, intervenant à l'ESSEC

 Les nations actuelles se sont constituées au fil du temps, par conquête, par accords familiaux, en particulier les mariages, les successions...

 

... ce qui leur a accordé une place reconnue sur le plan international. Elles affirmaient un vouloir vivre ensemble et cette identité était de plus en plus représentée par des idées, des goûts, une langue commune. Pourtant certains groupes n’arrivent pas à se faire une place dans ce monde de plus en plus complexe difficile.

Quelques exemples : le pays basque présente une forte cohésion interne, malgré une guerre, des attentats et de nombreux morts, elle n’a qu’une autonomie relative. La Corse demande son indépendance, alors qu’elle donnait l’impression depuis des années d’être rattachée à la France. Le Kurdistan, riche en pétrole, cherche depuis longtemps à avoir un statut international, en vain.

A part la forte identité de ces groupes, on peut se poser une question déjà évoquée dans une chronique précédente : ceux qui ont des ressources comme le Kurdistan pourraient se faire une place au plan international, mais les Basques, la Corse ? Obligées de vivre avec les aides d’un territoire tuteur ? Ne pourraient-elles pas obtenir dans le cadre d’une autonomie mieux gérée leur accordant un Parlement, ce que ces trois pays cités ont déjà, afin de jouer un rôle plus important avec l’État tuteur, au lieu de le combattre ? Alors le désir d’imprimer leur empreinte sur le plan international, une illusion ? A l’ère des regroupements ne serait-ce pas plus utile  de coopérer?