socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

La Fiscalité...et l'effet de mode

Article de M. Roland Walter - ancien Professeur associé à Dauphine, intervenant à l'ESSEC

Comme beaucoup, je  pensais que la mode s'appliquait aux vêtements et plus particulièrement aux vêtements féminins. C'est une erreur...

 

... car on la retrouve dans des domaines imprévus comme la fiscalité. Trois exemples pour la période récente :

- Au début du dernier mandat présidentiel, de nombreux  chercheurs affirmaient : il faut rénover la fiscalité et particulièrement l'impôt sur le revenu. La première chose à faire consiste à le fusionner avec la CSG (contribution sociale généralisée). Cette dernière créée par Michel Rocard avait pour but de remplacer à terme l'impôt sur le revenu, trop compliqué avec trop de cas particuliers. La CSG étant plus rentable, 96 Mds d'euros en 2016 contre 77 pour I'IR. Le principe était bon, même si la mise en œuvre était plus complexe que certains l'affirmaient. Le mandat de 2012 / 2017 est fini on n'en parle plus …

- Enfin en 2018 on aura un prélèvement  à la source sur les revenus, ce que d'autres pays européens, comme l'Allemagne, pratiquent depuis longtemps. Ce nouveau régime, conçu dans la précipitation, sans véritable réflexion, on peut se demander, compte tenu de sa complexité, ce que les simples citoyens comprennent ? Mais pour les élites pensantes il n'y avait pas de meilleure solution, qui oserait les contredire ?  Qui se souvient encore des difficultés de la réforme Caillaux en 1914, mais il est vrai que c'était la guerre…Maintenant on a une loi,  on verra en 2018, mais actuellement on ne parle plus de ce sujet...

- Le revenu Universel (RU), a surtout pour objet de prendre en compte le sort des déshérités, idée  que personne ne peut contester. Sans entrer dans ce débat, et en se limitant à une approche fiscale, on ne peut qu'être étonné de la facilité avec laquelle certains auteurs règlent la question du financement. Pour la mise en place de cette allocation, on aura besoin  de ressources, pour cela on aura recours à un impôt prélevé sur le revenu dés le premier euro, avec une première tranche à 30 %, à un impôt sur le capital, et à deux points de TVA en plus, ainsi qu'à d'autres prélèvements... Mais la TVA est un impôt communautaire, on devra demander l'accord de Bruxelles à moins de sortir de l'Union Européenne, pourquoi pas...L'élection présidentielle est proche, il faut revenir aux questions classiques: chômage, immigration, pouvoir d'achat, le RU n'est plus à la mode, au moins pour un temps...