socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

Supprimer l'Espace Schengen ?

Article de M. Roland Walter - ancien Professeur associé à Dauphine, intervenant à l'ESSEC

L'espace Schengen date du 26 mars 1995, il a été intégré dans le Traité d'Amsterdam de 1997, entré en vigueur en 1999, avec quelques aménagements dans le Traité de Lisbonne...

 

Il couvre actuellement 26 pays, mais l'Irlande et le royaume Uni n'en font pas partie, de même que les départements français et les Territoires français d'Outre-mer. Des micro-Etats comme Monaco, Saint Marin, le Vatican en font partie, mais pas Andorre. La mise en place de cet accord a conduit à la suppression de tous les contrôles aux frontières afin d'assurer la libre circulation des personnes et des biens à l'intérieur de l'Espace. Vingt ans plus tard la crise migratoire remet en cause cet espace de libre circulation.

Deux remarques :

-  On peut adhérer à l'Espace Schengen, à condition que certaines conditions soient remplies visant les frontières extérieures, les visas, la coopération policière, la protection des données personnelles et le système d'information Schengen. Des experts de l'Union vérifient l'exactitude de ces obligations. Mais une fois qu'on est entré dans l'Espace comment en sortir ? Rien n'est prévu. Même situation que pour le Traité de l'Union. La Grèce est accusée de laxisme en matière de contrôle de l'immigration, on la menace de l'exclure des accords Schengen, mais comment ? La Commission a lancé le 27 janvier 2016 une procédure qui pourrait conduire à rétablir pour deux ans le contrôle à certaines frontières de l'UE pour lutter contre l'immigration, solution à court terme ?

- Le Monde a fait état dans un article du 4 février 2016 d'une étude de France Stratégie pour estimer combien couterait à la France la fin de l'Espace Schengen. Le rétablissement des contrôles aux frontières pourrait avoir un impact limité dans le court terme, mais à long terme on aurait une diminution des importations et des exportations estimées à plus de 11 % pour les relations avec les autres Etats membres, une diminution du tourisme, des conséquences certaines pour l'investissement étranger ou les flux financiers ?

On a voulu créer une libre circulation des personnes et des biens, mais l'UE n'est pas un Etat fédéral comme les USA, chaque Etat a conservé des frontières, qu'il suffit de réactiver…

Lors de la mise en place de cet accord, aucun responsable politique n'y a pensé ?