socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

Trois questions à Jean-Baptiste Jacquin, rédacteur en chef au Monde

695 M. Jean-Baptiste Jacquin, rédacteur en chef au Monde, répond aux questions de Jérome Porier sur le lancement récent d' " Eco & entreprises ".

Vous pilotez le lancement du nouveau supplément hebdomadaire « Eco & entreprises », qui remplace depuis le 17 avril Le Monde de l’Economie. Un premier bilan ?

Nos premiers objectifs, qui étaient de compléter notre couverture de l’actualité économique et d’ouvrir le supplément à toutes les dimensions de l’économie en mettant davantage l’accent sur les acteurs, ont été atteints. Sous son ancienne forme, Le Monde de l’économie était réputé pour être un espace de réflexion, un lieu de débat où toutes les sensibilités pouvaient s’exprimer. C’est pourquoi il est si apprécié des universitaires, des étudiants, des chercheurs… Nous avons veillé à préserver cette force, notamment en conservant le dossier central et les chroniques de l’ancien supplément. En doublant la pagination, nous avons pu lancer de nombreuses nouvelles rubriques. Parmi les plus emblématiques, une double pages « innovation » a pour but d’alerter le lecteur sur des initiatives dans tous les domaines. Il peut s’agir de technologie, de management, de finance, mais aussi de politique ou de social. Une autre double pages dédiée au management et aux finances personnelles constitue un autre rendez-vous fort. Une page « histoire » permet d’éclairer l’actualité en revenant sur des faits historiques. Comme le lancement de ce nouveau supplément a été très rapide, j’ai été détaché par la direction pour le piloter. Mais Philippe Escande est arrivé le 11 juin pour prendre le relais en provenance des Echos, où il occupait la fonction d’éditorialiste.

 

Où en est la refonte de la couverture de l’économie et des entreprises, un chantier prioritaire selon la direction ?

Depuis l’automne, Virginie Malingre et son adjoint Philippe Le Cœur dirigent le service économie. La pagination des pages éco dans le quotidien a été augmentée d’un tiers. Nous avons fait ce choix à la suite de la disparition du quotidien La Tribune, qui laissait un vide dans le suivi de l’économie. Afin de passer au bi-médias (papier+internet), nous avons réorganisé le service en créant une plateforme qui comprend plusieurs pôles : macro et finance, industrie et services, technologie et médias et un pôle généraliste, sans oublier les équipes des suppléments. En provenance du MIA, Audrey Fournier nous a rejoint à mi-temps pour assurer le lancement de la nouvelle section « économie » du site. A terme, trois personnes au MIA seront spécialisées dans ce domaine, en étroite collaboration avec les responsables du service éco. En tout, 40 journalistes suivent l’économie et les entreprises au sein du journal, dont cinq éditeurs, trois personnes au web, deux sur le patrimoine et six ou sept sur le nouveau supplément hebdomadaire. C’est un renforcement considérable.

 

Quel est le prochain chantier ?

Nous allons bientôt lancer une section dédiée au patrimoine et aux finances personnelles sur le site du Monde. Cette chaîne sera en accès libre et gratuit. La date de lancement dépendra du recrutement de son responsable, qui est en cours. Ce lancement répondra à la forte demande des lecteurs et des annonceurs sur ces sujets.

 

Propos recueillis par Jérôme Porier