socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

D L M M J V S
 
 
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31
 
 
 
 
 
 

 

LISTE D'ATTENTE

DESISTEMENT
 

Le courriel de validation fait office de billet (preuve de votre inscription). L'entrée s'effectuera sur présentation de ce courriel. Les membres sont priés de bien vouloir signaler un éventuel désistement.

 

Du désir d'horizons - Salia Sanou - TN Chaillot

Jeudi 30 Juin 2016 - 19:30

1975 Du désir d'horizons


Comment survivre à la violence du déracinement ? Dans cette création, inspirée par des ateliers de danse menés dans des camps de réfugiés africains, le chorégraphe burkinabé Salia Sanou s’interroge sur le thème de l’exil. Celui qui frappe les « étranges étrangers » d’un monde globalisé, et celui que chacun porte en soi.

Danser pour oublier, pour espérer, pour exister. Depuis plusieurs années, la fondation African Artist for Development (AAD), en partenariat avec le Haut commissariat aux réfugiés, utilise la danse comme moyen de reconstruction psychologique des populations réfugiées sur le continent africain. Le programme d’AAD « Refugees on the move » prévoit l’organisation d’ateliers dans les camps de réfugiés de huit pays africains en cinq ans.

 

Salia Sanou, co-directeur avec Seydou Boro du Centre de développement chorégraphique La Termitière, à Ouagadougou, a ainsi conduit avec ses danseurs des sessions d’ateliers dans des camps du Burundi et du Burkina Faso. L’expérience lui a inspiré la matière d’une création pour six danseurs, une récitante et deux jeunes réfugiés. Le chorégraphe y appelle à « interroger la dimension de l’exil intérieur que chacun porte en soi, comme une parcelle inaltérable de force, de lutte, de désir ».

Cette réflexion sur la solitude et l’altérité, Salia Sanou en a trouvé l’écho dans l’œuvre de Nancy Huston. On entendra ainsi dans le spectacle des extraits du roman Limbes, Limbo / Un hommage à Samuel Beckett. L’attente, la lenteur, l’oubli de soi ou le déchirement : la chorégraphie de Salia Sanou explore par les états de corps les mémoires individuelles et collectives des tragédies contemporaines. L’exil comme espace de souffrance et de renoncement mais aussi de reconstruction. Car, pour reprendre les mots de Samuel Beckett : « La fin est dans le commencement, et cependant, on continue. »

Conception et chorégraphie Salia Sanou
Scénographie Mathieu Lorry-Dupuy
Lumières Marie-Christine Soma
Régie générale Rémy Combret
 

Avec Valentine Carette, Ousséni Dabaré, Catherine Denecy, Ghyslaine Gau, Jérôme Kaboré, Mickael Nana, Soa Ratsifandrihana, et deux jeunes ayant bénéficié des ateliers artistiques au sein des camps de réfugiés (distribution en cours)

Théâtre National de Chaillot

1 place du Trocadéro 75116 Paris
  Métro Trocadéro
  Bus Lignes 22-30-32-63-72-82
Statut de l'événement: 
Cet événement est terminé.